Trois de ses quatre enfants ne sont pas de lui !

Un homme vient d’apprendre que ses trois filles âgées respectivement de 16, 14 et 12 ans ne sont pas de lui.  On peut comprendre le désarroi de cet homme quand il a appris après des tests d’ADN que les trois filles qu’il a élevées ne sont pas de lui. Il croyait être leur papa, mais ce n’est pas lui le père biologique. Seul son fils de neuf ans est de lui, le plus jeune.

En plus, les tests confirment que les trois filles sont nées de trois géniteurs différents!

Est-ce qu’après toutes ces années à s’investir dans une relation émotive, la paternité biologique demeure le premier facteur, dominant tous les autres ?  Maintenant, dit l’homme, il n’est plus à l’aise avec ses filles (il ne les a pas revues depuis une année). Quand il les voyait, il ne pouvait s’empêcher de déceler sur leurs visages une ressemblance avec les hommes qui avaient gravité autour d’eux.

On peut de demander comment les trois filles, elles,réagissent à cette révélation…  Le « père » n’est plus là, la mere prend un tout autre visage… et trois inconnus apparaissent dans leur vie…

Toute cette histoire a éclaté quand le couple s’est séparé après plus de quinze ans de vie commune en 2012. L’homme avait souvent entendu des commentaires de ses proches sur l’infidélité de sa conjointe, mais il ne les croyait pas. Après la séparation, il eut des doutes, et obligea la mère à faire passer des tests aux quatre enfants.

Le plus douloureux pour lui est le jugement de la Cour supérieure l’obligeant à verser à son ex une pension alimentaire de 452 $ pour les enfants. Pourquoi est-ce lui qui doit payer la pension plutôt que les pères biologiques? Parce qu’il a toujours été reconnu comme étant le père jusqu’à l’annonce des résultats, son nom est inscrit sur l’acte de naissance des enfants. Comme il a toujours assumé leurs besoins, il a créé une filiation sur une période suffisante, selon la Cour. Mais les pères biologiques ? La justice va-t-elle nous  dire que leur paternité est prescrite ?

Dans cette affaire, c’est sans doute le fait d’avoir été trahi, floué, qui a meurtri cet homme. Néanmoins, il a trouvé une nouvelle conjointe et espère pouvoir avoir d’autres enfants avec elle. Des enfants à lui.


Carolle Anne Dessureault

5 réflexions au sujet de « Trois de ses quatre enfants ne sont pas de lui ! »

  1. « Néanmoins, il a trouvé une nouvelle conjointe et espère pouvoir avoir d’autres enfants avec elle. Des enfants à lui. »

    Il n’a pas encore compris que les enfants sont à elles, piège sociétal. Bien entendu, il n’est pas conscient encore que c’est la nouvelle conjointe qui prépare son avenir à elle avec son enfant à elle.

    Et toute cette histoire vient du fait que la mère doit obéir à l’Aide Sociale et obtenir une pension alimentaire du père fonctionnel.

    Il faut aussi souligner que cet homme ne peut pas voir les enfants à sa guise, car la bonne juge a accordé la garde à la mère et imposé des droits d’accès frustrant au père, cet écoeurant qui essaie de se refaire une vie de la maison paternelle.

    C’est un St-Joseph déchu.

    Il est fort probable que tout ce beau monde sera un fardeau CRÉÉ de toute pièce par la Société.

    http://www.journaldemontreal.com/2013/02/05/une-pension-alimentaire-a-payer

    http://www.journaldemontreal.com/2013/02/06/un-choc-immense-pour-les-enfants

    http://www.journaldemontreal.com/2013/02/06/des-milliers-de-tests-adn-chaque-annee

    http://www.journaldemontreal.com/2013/02/06/plus-commun-quon-le-pense

    http://www.985fm.ca/in/paul-arcand-968.html

    Un père: mercredi le 6 février 2013
    http://www.985fm.ca/em/dutrizac-393.html

    ***Le père : mercredi le 6 février 2013 (15:00)
    Les pensions alimentaires et cette histoire (7:10)
    La Goldwater sur cette histoire (18:54)
    ===========================================

    http://www.985fm.ca/em/dutrizac-393.html
    L’ADN prouve que dans 20% des cas le « père » n’est pas le bon. Jeudi le 7 février 2013
    http://www.paulinehoule.com/html/content.asp?node=10&lang=fr
    http://www.testadnetperes.com/

    ========================================

    Le Québec Fou de ses enfants ?

    http://www.journaldemontreal.com/2013/02/05/trois-de-ses-enfants-ne-sont-pas-de-lui

    C’est quoi la solution ?

    Dès la première visite médicale confirmant que la génitrice est enceinte, c’est un test d’ADN et consentement du géniteur éclairé.

    Sinon, c’est interruption OBLIGATOIRE et immédiate de grossesse.

    Ancrer cela dans les têtes à partir de l’âge de 10 ans et tous les ans afin de tuer le mythe de St-Joseph.

    « Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être publié ici. »

    Mon commentaire a été censuré !

    =================================

  2. @LeNoogenaire

    Je vous trouve quelque peu cynique dans votre propos.

    «Il n’est pas conscient encore que c’est la nouvelle conjointe qui prépare son avenir à elle avec son enfant à elle…»

    Je reste tout de même très ouverte à voir votre point de vue, celui de l’homme dans notre société qui a rarement la garde des enfants (sauf cas extraoardinaire).

    Ne trouvez-vous pas que notre société sur ce point est à l’opposé des règles qui prévalent dans certains pays, tel le monde arabe par exemple, où la femme n’est qu’un moule à faire des enfants. Ceux-ci appartiennent à l’homme, à sa descendance.

    L’idéal serait un équilibre entre les deux.

    L’idéal serait que les parents s’aiment toute leur vie … mais cela, c’est rêver.

    CAD

    • @ Carolle Anne Dessureault,

      Me qualifier de cynique n’est pas nier mon propos.

      Quand à l’homme qui n’a que rarement la garde, je citerai Pierre Mailloux: »L’homme aime sa femme qui elle aime ses enfants. » Cela suppose des adultes guéris des comportements, attitudes de co-dépendance.

      Quand aux autres sociétés, je vous rappelle que le clergé catholique romain québécois a traité les femmes d’une manière analogue pour la revanche des berceaux. J’ajoute le lien suivant qui recentre le débat sur l’essentiel :

      http://www.paternityfraud.com/2002-georgia-paternity-fraud-bill-hb369ap.html

      L’homme et sa descendance est basé sur une mystification des religions, encore. La science a établi que c’est l’ADN mitochondrial matriarcal qui se perpétue intégralement. On est juif par sa mère, pas par le nom de famille du « père ». Ça fait partie des concepts pré-Galiléens.

      Les parents s’aiment toute leur vie, mais la fusion, incestus, imposé par le mariage, la religion encore complice des rois, est une co-dépendance dont il faut s’affranchir. Et c’est pourquoi je préconise de guérir la co-dépendance avant de commencer à se reproduire, avant d’exercer des fonctions de pouvoir dans la Société.

      La révolte adolescente des « Ayn Rand » minarchiste libertarienne ne favorise pas l’Interdépendance, l’altruisme, l’action du témoin éclairé, secourable.

      Il y a des pères traumatisants qui ont pris toute la place dans le microcosme familial. Le même phénomène se produit dans le macrocosme des nations, d’où la co-dépendance, les naufrages des enfances.

      Tout cela avec affection.

Les commentaires sont fermés.