Encore Marissal… mais cette fois avec un bémol

Vincent Marissal, dont nous disions qu’il était vraiment en tête du palmarès des créateurs de palmarès, remet ça en nous offrant cette fois la liste des mauvais coups de l’année. Encore une fois, je pense qu’essayer de faire un plus bel arrangement des sottises et indélicatesses de 2012 dépasserait mes connaissances de l’ikebana.

Je pense donc que chacun devrait se mettre en rang pour tirer des pierres à ceux que VM cloue au pilori…

http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/vincent-marissal/201212/27/01-4607099-les-mauvais-coups-de-2012.php

D’accord sur tout…  à un petit bémol près: l’affaire des F-35.

Ce n’est pas que Vincent Marissal joue ici une fausse note.  Cette affaire EST bien un scandale. Si grand qu’il rend presque dérisoires  ces minables petites corruptions  provinciales dont on nous parle chez Madame  Charbonneau.  Le F-35, c’est du sérieux. Pendant qu’on bavarde sur l’indépendance, on oublie trop souvent que notre GROS gouvernement est à Ottawa et que, quand nos gouvernements  nous blousent et ne nous volent pas l’argenterie, mais le coffer-fort, c’est là que ça se passe.   Souvent vec une discrétion remarquable.

Le bémol que je mets dans la partition de Marissal, c’est qu’il mentionne bien cette affaire  des F-35 – indubitablement un gâchis  – mais sans nous dire du même souffle  que c’est une bénédiction que le gouvernement Harper ait décidé  de reprendre à zéro le processus d’achat, retardant encore de plusieurs années le remplacement des vétustes F18.

Qu’on y perde 300 millions dollars de recherche effectuée – mais perd-on vraiment le résultat d’une recherche ? – sans que Harper en porte le moindre blâme peut faire sourciller, mais me semble un prix bien modeste à payer, si on pense aux 40 milliards que nous aurait coutés cette danseuse si elle était venue à la table.

On pourra dire que ce n’est que partie remise  et qu’on nous en vendra pour 60 milliards, mais je crois qu’il est bon que nous ayons gagné du temps.    Le monde change et on verra. Il est sûr que  le temps travaille pour la paix et le Canada pourrait comprendre qu’il n’a aucun besoin de remplacer les vieux F-18. Seulement de les mettre au rancart.

Le  Canada pourrait choisir la paix.  On devra sans doute faire rouler ces milliards vers les USA – notre puissance de tutelle – mais peut-être acheter une quincaillerie pacifique et plus utile ?

Pierre JC Allard

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *