Corruption Montréal. Quand j’avance tu recules….

Pas un mot de moi aujourd’hui, sauf le titre et ce liminaire.  Seule la presse parle.

PIERRE-ANDRÉ NORMANDIN

De nouvelles mesures anticollusion pour Montréal seront annoncées ce midi par le maire Michael Applebaum et le ministre responsable de la métropole, Jean-François Lisée. La métropole entend ainsi reprendre l’octroi des contrats d’aqueducs et d’égouts d’ici le printemps.

Les élus montréalais sont réunis ce matin à l’hôtel de ville pour adopter officiellement le budget 2013. Une citoyenne s’est inquiétée de voir son avis d’imposition augmenter alors que la commission Charbonneau a étalé au grand jour la présence de collusion et de corruption, mais Michael Applebaum a voulu se faire rassurant. De nouvelles mesures seront mises en place sous peu pour contrer la collusion. L’annonce en sera faite ce midi en marge d’une conférence du ministre Lisée.

Depuis septembre, plusieurs entrepreneurs sont venus expliquer devant la commission Charbonneau que la majorité des appels d’offres pour les travaux d’aqueducs et d’égouts étaient truqués. Le prix des travaux aurait ainsi gonflé de plus de 30% depuis une dizaine d’années….

VINCENT LAROUCHE et MICHÈLE OUIMET

Tout redevient comme avant

 À partir de 2009, à la suite des scandales du Faubourg Contrecoeur et des compteurs d’eau, la Ville de Montréal a adopté plusieurs mesures pour lutter contre la collusion et la corruption. Aujourd’hui, plusieurs d’entre elles ont été démantelées ou mises sur une voie de garage. Et les fonctionnaires responsables ont été «tablettés».

La Ville est revenue à la case départ et a stoppé le ménage entrepris par deux directeurs généraux, Rachel Laperrière et Louis Roquet, qui ont précédé Guy Hébert de 2009 à 2012, affirment plusieurs sources.

En janvier, M. Roquet est parti après un sérieux désaccord avec le président du comité exécutif, Michael Applebaum, élu maire en novembre. Rachel Laperrière, quant à elle, a quitté la Ville l’été dernier après avoir été rétrogradée aux affaires institutionnelles.

«On est en train de mettre la table pour que ça revienne comme avant», nous a confié une source. Guy Hébert, nommé directeur général de la Ville en janvier, est responsable de ce changement de cap. Il pousse sur la machine pour qu’elle distribue les contrats le plus rapidement possible. M. Hébert est l’homme de confiance du maire Applebaum, qui approuve cette nouvelle «philosophie de management».

Merci pour eux

Pierre JC Allard

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *