La mauvaise étoile !

.

 

Les trois derniers fils de Gabriel-Nicolas peuvent faire resurgir un certain quiproquo car ils eurent des vies aussi mouvementées, mais assez différentes de celles des Lefebvre précédents.

Pierre Lefebvre, fils de Gabriel-Nicolas et de Louise Duclos, semble être né sous une mauvaise étoile en 1707, à Batiscan. Il sera certainement, lui aussi un “coureur de bois”, mais les preuves son assez minces. Son parrain est Pierre Rivard dit Lanouette et sa marraine, Gertrude Perrot.

En 1713, lors du traité d’Utrecht, à la fin de la guerre de succession d’Espagne, la France remet l’Acadie, Terre-Neuve et la baie d’Hudson, que Pierre Lemoyne d’Iberville avait reconquit de 1694 à 1697, à  l’Angleterre. Chantons: Ce n’est pas fini…Ce n’est qu’un début…Lalalala lala la la lala!

Pierre Rivard dit Lanouette achète un terrain à Ste-Anne et en prend possession en 1721. Son fils Joseph construira cette maison :

Pierre Lefebvre ne semble pas avoir reçu l’apprentissage de Winnetou. C’est peut-être là, son malheur.

À l’âge de 26 ans, il épouse Geneviève Trépanier, 34 ans, veuve de Jean Coste, le 14 septembre 1733 à Ste-Geneviève de Batiscan. Son père et ses frères Joseph, Antoine, Alexis, François et Michel assistent au mariage en compagnie de Prisque Trépanier, frère de la mariée, du bonhomme Cosset et du notaire royal Collet.

L’année suivante, son premier fils, qu’il appelle Pierre, décède à l’âge de 1 mois. Deux ans plus tard, un fille, Marie-Ursule, nait et ne survit que  5 mois. En 1738 un fils appelé Joseph-François-Régis survit, lui aussi, durant 5 mois. L’année suivante, il aura un autre fils, qu’il appellera aussi Pierre, le 12 décembre 1739. Le parrain est son frère Michel Lefebvre et la marraine, Geneviève coté, sa tante (sœur de la mère). Encore une fois, l’enfant décède deux semaines plus tard. Son épouse décèdera le 12 février 1760. Durant son mariage précédant, Geneviève Trépanier avait eu 7 filles dont deux mortes en bas âge. Pierre pourvoira aux 5 filles de sa première femme.

Le 12 juin 1736, il signe un contrat de voyageur  avec Moncour, Caron et Lefebvre pour Michilimakinac au montant de 160 livres. Il signe un autre contrat de 160 livres, comme journalier, le 8 mai 1752, à l’âge de 45 ans, où il est exempt du portage de Niagara. La destination est Détroit.

Le 5 octobre 1760, un mois après la reddition de Montréal aux anglais, âgé de 53 ans, il épouse en secondes noces Marie-Anne Papillot dit Perigny, 45 ans, veuve de François Tiffaut. Ses frères François et Michel assistent au mariage.  Marie-Anne a deux filles dont Pierre deviendra le beau-père. Le 9 juillet 1780, il est présent avec son épouse Geneviève, à la signature du contrat de  mariage de Louis Cossette et de Catherine Trépanier (sa nièce) par le notaire Levrard de Ste-Anne de La Pérade.

Il est peut-être le Pierre Lefebvre qui fut blessé au bras lors de la bataille des Plaines d’Abraham.

Il décède le 6 juin 1782 à Ste-Geneviève de Batiscan, âgé de 75 ans.

————————————————————————-

Son frère, Michel Lefebvre, avant dernier fils de Gabriel-Nicolas et de Louise Duclos, nait le 14 décembre 1709. Lui non plus ne reçoit pas l’entraînement de Winnetou.

Il prend le nom de Michel Lefebvre dit Despins.

Le 28 juillet 1733, il épouse Catherine-Anne Papillot dit Périgny. Son père et ses frères Pierre et Jean-Baptiste sont présents; mais  sa mère, malade au lit, est absente. Une épidémie de variole sévit en Nouvelle-France en 1733 et 1734.

Son premier fils, Michel, naît le 27 avril 1734 et décède, âgé de 19 ans, le 24 mars 1753. Son parrain est Julien Lefebvre (oncle) et la marraine, Marie-Anne Papillot dit Périgny.

Le 18 septembre 1736 il assiste au mariage de Jean Eli et de Marguerite Cosset à Batiscan.

Le 20 février 1740, son épouse Catherine est marraine de Marie-Suzanne Lefebvre, fille de son frère Julien Lefebvre. Cette fille épousera François Trudel et le couple achètera la terre ancestrale, de leur oncle Alexis Lefebvre, en 1775. Le parrain est Jean Veillet (fils).

Catherine est encore une fois marraine le 27 mars 1747; cette fois-ci, de François-Marie Rivart, son neveu. Le parrain est Étienne Brunsard dit Langevin. La même journée, Catherine est marraine de Marie-Catherine Dumon, fille de Charles Dumon et de Geneviève Baribeau. Le parrain est Pierre Cosset.

La fille de Michel, Marie-Marguerite, naît le 22 juillet 1748 et décède le mois suivant.

Le 12 novembre 1771, Il est témoin, avec son épouse Catherine, au contrat de mariage de son neveu, Joseph Papillot dit Périgny et de Marguerite Juineau.

Avant son mariage, il avait signé un contrat de voyageur avec Gatineau et Hamelin, le 7 juin 1737, âgé de 28 ans. Ses frères, Julien et Jean-Baptiste l’accompagnaient. Cette même année, on fait l’ouverture officielle du « Chemin du Roy » entre Québec et Montréal.

Vingt ans plus tard, il signera un contrat sous le nom de Michel Despins le 6 juin 1757, vers Détroit pour la somme de 150 livres.

En 1763 La proclamation royale de Georges III crée la « réserve » de la Province de Québec ».  De cette façon on élimine les « Canayens » résidant sur tout le continent Nord-Américain, « hors Québec ».

L’année suivante, paraît le premier journal « La Gazette de Québec ». Le papier hygiénique n’apparaîtra qu’en 1857, aux USA.

En 1774 on reconnait au Canayens le droit de pratiquer leur culte. On agrandit la « réserve » du Québec pour englober la vallée de l’Ohio. Les Anglais redoutent l’invasion américaine qui se fera l’année suivante. Après certaines hésitations sur la marche à suivre, les miliciens Canayens les bouteront hors Canada.

Michel Lefebvre dit Despins ne fera pas plusieurs voyages « officiels » pour la traite des fourrures. Je n’ai pas trouvé où était sa terre à Batiscan. Il devait donc faire la traite « hors normes » pour survivre; à moins qu’il ait acheté une terre après la date des cadastres que j’ai pu vérifier.

Il décède à Batiscan le 30 août 1791, âgé de 81 ans. Son épouse Catherine décède 4 mois plus tard, toujours à Batiscan âgée de 80 ans, le 16 décembre 1791.

Cette année de 1791 est celle où les Anglais, restructure la « réserve » du Québec en le divisant en « Haut Canada » et « Bas Canada ». Les frontières de cette réserve pour les « Canayens » sont finalement établies.

—————————————————————————–

Le dernier fils de Gabriel Nicolas et Louise Duclos, Julien Lefebvre, est baptisé à Champlain le 24 juillet 1714. Winnetou ne l’entraînera pas lui non plus.

Il épouse Marie-Suzanne Raux, 19 ans, à Champlain le 16 novembre 1734 à l’âge de 20 ans.

Il épouse, âgé de 66 ans, Madeleine Cossette 62 ans, veuve de Louis Belec, le 22 août 1780 à Batiscan.

Il épouse, à l’âge de 77 ans, Geneviève Carrier âgée de 68 ans, veuve de Michel Chamard, à Lauzon, Lévis.

Il décède à l’âge de 87 ans le 12 décembre 1801 à Ste-Geneviève de Batiscan. Cette même année, on adopte l’institution royale qui vise à mettre sur pied un réseau scolaire au Bas-Canada.

————————————————————————————

Ceci termine la première génération « Canayenne » de la famille de Gabriel-Nicolas Lefebvre et de Marie-Louise Duclos. Je ne sais pas quand et où Winnetou est décédé. Je ne sais même pas s’il a eu, lui-même, une famille avec des enfants. Je lui souhaite que oui.

Nous poursuivrons la deuxième génération, exclusivement avec l’histoire de la famille de Louis-Alexis Lefebvre et de Marie-Ursule Dubois dit Brisebois. Le personnage central sera Pierre Lefebvre, dernier fils de Louis-Alexis qui s’érige en énigme quasi insoluble de cette famille.

La saga des « coureurs de bois » pourra ainsi continuer.

À suivre.

André Lefebvre

avatar

Andre lefebvre

Mon premier livre "L'histoire de ma nation" est publier chez: http://fondationlitterairefleurdelyslibrairie.wordpress.com/ André Lefebvre

3 pensées sur “La mauvaise étoile !

  • avatar
    5 août 2015 à 16 04 26 08268
    Permalink

    Je vous remercie des informations pertinente que vous avez trouvé. Pour m’a part, je suis de la lignée de Michel et il me reste beaucoup de travail 🙂

    Répondre
    • avatar
      6 août 2015 à 7 07 46 08468
      Permalink

      Je vous souhaite autant de plaisir dans votre recherche que la mienne a pu me procurer. Bon courage Josée.

      Répondre
  • avatar
    4 décembre 2016 à 16 04 02 120212
    Permalink

    Je ne suis pas convaincu de ce que je lis. J’ai une autre version de l’histoire.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *